Monika Sommer - Mode die tanzt

Philosophie

Ma fascination pour le tango a commencé à la fin 2005, une danse pleine de passion, d’histoire et d’émotions. Ce fut tout d’abord une approche et une exploration prudente. Je portais comme la plupart de mes amies, connaissances et partenaires de danse les vêtements de tous les jours qui me semblaient les plus confortables et pratiques pour aller danser : jeans et t-shirt, robe confortable, décontractée ou une jupe avec un pull.

Avec le temps, l’expérience et les différentes impressions recueillies lors des mes voyages et ateliers de tango, mes tenues ont commencé à changer pour devenir ce que j’entendais par mode de tango classique : des robes cintrées et près du corps, des jupes fendues en noir et rouge, de temps à autres ornées de paillettes, donc déjà un progrès, car je me distançais des vêtements confortables de tous les jours, mais je n’étais pas encore arrivée au but. Je portais des vêtements, dans lesquels je pouvais parfaitement danser, mais pas des vêtements, qui dansaient avec moi.

L’expérience venant, j’ai fini par me sentir sûre et souveraine. Et c’est ainsi que j’ai commencé à créer ma propre mode de tango – la mode qui danse. Des formes fluides, des matières souples, comme la soie, la viscose et le synthétique et de nombreuses couleurs autres que le noir et le rouge.
Ce n’était plus une mode que pour moi, mais pour de nombreuses autres femmes, qui aiment s’habiller de manière féminine, individuelle et confortable, apprécient les coupes souples, qui sont d’une part très agréable à porter et pour danser, et mettent d’autre part aussi chaque silhouette en valeur.

Chaque pièce de mes collections est le fruit de mes idées, de mes doigts et de mon cœur. Je choisis et j’utilise consciemment chaque centimètre de tissu, chaque fil et chaque bouton. Chaque haut, chaque pantalon et chaque jupe est conçu comme une pièce unique en ce qui concerne son mouvement, son élégance et sa féminité. Cette liberté de création donne à chaque femme la possibilité de toujours changer son look. Une jupe devient une tunique, un haut une jupe, mais qu’elle que soit la manière dont elle est portée, ma mode est toujours: une mode qui danse.